1861 : Nantes à la veille
de l'exposition nationale

 

A la veille de son exposition nationale de 1861, Nantes se transforme. Forte de 113 600 habitants, Nantes est alors la cinquième ville du pays.


Prospérité et progrès social marquent les premières années du règne de Napoléon III : Les luttes politiques s’estompent, le climat social s’améliore et les progrès techniques s’accélèrent. Les finances publiques sont florissantes, les villes changent : A Nantes, comme ailleurs, selon l’influence parisienne d’Haussmann, on détruit des quartiers insalubres, on perce de nouvelles rues, on créé des places splendides et on construit des monuments publics…Le service d’eau est installé, les rues sont pavées et éclairées au gaz, les grands magasins apparaissent. L’hygiène et le confort progressent, bien que les écarts se creusent entre la bourgeoisie aisée et les classes laborieuses.

Cette prospérité se traduit à Nantes par l’essor du commerce et de l’industrie, entamé dès les années 1820. Mais jusqu’alors essentiellement tournée vers l’activité maritime et fluviale, Nantes connait au début des années 1860 des bouleversements économiques majeurs. Bouleversements liés notamment à l’arrivée du chemin de fer, et à l’ensablement du lit de la Loire. Liés aussi à la signature du Traité de commerce avec l’Angleterre, qui met fin, entre autres, au monopole de Nantes dans le commerce avec les colonies, à la guerre de Sécession qui débute cette année-là aux États-Unis, et à la crise économique survenue en 1856-1857. Tandis que la construction navale tend à décliner, d’autres activités liées à l’arrivée du rail facilitant les  échanges émergent, telles la métallurgie et l’industrie agro-alimentaire. Les fabriques de textiles et les raffineries de sucre prospèrent mais commencent à être concurrencées par des entreprises de la région parisienne ou du Nord. Pourtant la ville est bien décidée à tenir son rang.

Aussi, sous l’impulsion de certains industriels et de son Maire Ferdinand Favre, la municipalité décide d’organiser une exposition. De nombreuses manifestations avaient déjà eu lieu depuis 1820. Mais l’exposition de 1861 est la première exposition nationale que la ville ait organisée et financée elle-même, concernant à la fois l’industrie, l’agriculture et les beaux-arts. Cette exposition, véritable vitrine pour la ville, doit permettre à Nantes de s’inscrire dans la modernité, d’offrir une image dynamique au reste du pays. Et surtout, de stimuler son industrie et son commerce par la publicité et l’émulation occasionnés par un tel évènement.


Archives municipales de Nantes - mars 2011