Devant la durée du conflit et surtout devant l’hécatombe que la guerre fait subir à nos armées, les initiatives se multiplient pour célébrer le courage et le sacrifice des soldats.
Certains députés proposent la création d’un diplôme-souvenir ; d’autres envisagent l’instauration d’une nouvelle décoration militaire (la future Croix de Guerre) ; l’État invite les municipalités à afficher les citations de leurs concitoyens à l’entrée de la mairie…

Pour participer à cet engouement patriotique, Maurice Schwob, directeur du Phare de la Loire, avait, dès le début du conflit, imprimer la liste des soldats ayant fait l’objet d’une citation.
A partir du mois de mai 1916, il décide d’aller plus loin en publiant les portraits photographiques de ces militaires. Selon lui, « cette attestation publique de leur bravoure » est rendue possible grâce à des moyens d’impression modernes et performants : « Nos lecteurs peuvent juger tous les jours, par les images, portraits, croquis, cartes et dessins que nous publions, des excellents résultats auxquels nous sommes arrivés, pour nos illustrations, grâce à un matériel perfectionné et à un personnel de choix, cela en dépit d’un papier dont les difficultés actuelles rendent la fabrication très inégale ».
Pour le journal, il ne s’agit pas d’établir un sanctuaire mais au contraire de célébrer l’admiration et la reconnaissance des personnes restées à l’arrière et de permettre aux familles de « puiser, dans cette attestation publique de leur bravoure, un sentiment d’orgueil bien légitime, une consolation ou une juste compensation aux angoisses d’une longue séparation ». Pour M. Schwob, cette rubrique concerne tous les soldats ayant fait l’objet d’une citation à l’ordre de l’armée, du corps d’armée, de la division, de la brigade ou du régiment, qu’ils soient vivants ou décédés.

L’appel est donc lancé auprès des parents, des amis ou des camarades de tranchées pour obtenir ces fameuses photographies qui leur seront retournées « sans aucun frais pour eux ». Afin de ne commettre aucune erreur, le journal demande aux familles de préciser « très lisiblement » les nom et prénoms, profession, domicile, numéro du régiment, classe militaire et le texte de la citation.
La première série de portraits est publiée le 15 mai 1916. Parmi les quatre militaires présentés, on trouve le soldat Gérard Cahen, premier militaire nantais à avoir été rapatrié du front et inhumé au cimetière Miséricorde de Nantes le 13 novembre 1914. La publication des portraits n’est pas forcément régulière mais connait un succès toujours plus important. Le 31 mai 1916, le nombre de photos passe de 4 à 5 puis, le 16 juin 1916, de 5 à 12. Les portraits proviennent de Nantes et de la Loire-Inférieure mais également de Bretagne et de Vendée, départements où Le Phare de la Loire diffuse ses différentes éditions.

Dans ses éditions du 13 et du 14 février 1917, la rédaction du journal annonce à ses lecteurs la suppression prochaine de cette rubrique. Elle explique cette nécessité au regard des difficultés économiques du moment, notamment par la pénurie du papier : « Afin de faire face à la pénurie de papier, on a vu que les journaux allaient réduire leur nombre de pages de plusieurs jours par semaine. En raison de la réduction de texte que cette mesure va nous créer, il nous sera impossible de continuer la publication des photographies de nos héros régionaux. Nous prions donc nos lecteurs de ne plus nous en envoyer jusqu’à ce que les circonstances nous permettent de reprendre la publication. Nous épuiserons peu à peu les photographies que nous avons reçues jusqu’à ce jour ».
A partir du15 février 1917, Le Phare de la Loire est édité sur une simple feuille les lundis et les jeudis de chaque semaine. Ces deux jours-là, son format passe de 62 x 36 cm à 62 x 42 cm autorisant un texte réparti sur 6 colonnes au lieu de 5 mais diminuant fortement le nombre d’articles publiés. La dernière série de 12 photos est publiée le 12 février 1917. La reprise envisagée par le journal ne se produira pas. Ceci d’autant plus qu’à partir de mai 1917, toutes les éditions sont imprimées dans le format 62 x 36, du lundi au dimanche.

Cependant, durant dix mois, les lecteurs du Phare de la Loire auront découvert les portraits de 702 soldats.

 

> Découvrez la liste nominative et les portraits des 702 "héros"
> L'ensemble des portraits, regroupés dans un fichier PDF (125 Mo)

© Archives municipales de Nantes - janvier 2011