Archives en ligne > Réfugiés 1914 - 1918 : introduction

 

LE COMITÉ DE SECOURS AUX RÉFUGIÉS

 

La constitution et le fonctionnement

Les 250 premiers réfugiés fuyant les combats et l’occupation par l’armée allemande de la Belgique et des territoires du Nord de la France arrivèrent à la gare de Nantes dans la soirée du 26 août 1914.
Ils furent bientôt suivis d’autres convois arrivant presque chaque jour durant le mois de septembre jusqu’à la mi-octobre. Le maire de Nantes, Paul Bellamy, estima que durant cette période 2 500 réfugiés furent accueillis.

La municipalité organisa un accueil d’urgence pour nourrir, vêtir, soigner et loger ces populations démunies grâce à ses services des Restaurants municipaux, du Bureau de l’hygiène, de l’Economat et aux dortoirs ouverts pour les femmes et les enfants et aux cantonnements pour les hommes dans des établissements, dont des écoles, appartenant à la Ville.

En même temps, elle mit en place un bureau spécial pour accueillir les propositions généreuses des Nantais de logements, d’offres de travail, de dons en nature, vêtements et objets mobiliers. Dès les premiers jours, ce bureau immatricula toutes les familles arrivant à Nantes avec un état civil.

La municipalité ouvrit également une souscription pour parer aux dépenses immédiates et institua une commission pour gérer et distribuer les sommes recueillies.
Cette commission municipale, rapidement trop nombreuse, proposa de nommer une sous-commission qui se dénomma Comité de secours aux réfugiés, composée de trois membres : MM. Giraud-Mangin, bibliothécaire de la ville, qui fut remplacé, quand il s’engagea fin 1914, par Gabory, archiviste départemental ; Sigrist, agent maritime et Douillard, représentant de commerce. Chacun des membres eut la charge d’un service, le bureau des réfugiés et les allocations, la caisse, le logement et les secours, l’achat et la distribution de vêtement. Mais le comité fut aussi amené à s’occuper du placement des travailleurs, de la recherche des disparus et de la réception des lettres destinées aux réfugiés.
Présidé par le secrétaire général du Département et le maire de Nantes, le comité fut installé à l’Hôtel de ville où l’administration municipale lui mit à disposition un bureau et du personnel d’exécution.

Pour plus d’information :
- Bellamy Paul, Guerre 1914-1919 La Municipalité et son œuvre : rapport présenté au conseil municipal par le maire de la ville de Nantes, Nantes, 1920. [ en savoir plus ]
- Gabory Emile, Les réfugiés chez nous, Nantes, 1921.

Le fonds

Conservés jusqu’alors aux Archives départementales de Loire-Atlantique, les documents provenant du Comité de secours aux réfugiés furent dévolus aux Archives municipales de Nantes en août 2008.

Ce fonds est constitué de plusieurs registres et d’un ensemble de 8 461 fiches individuelles ou familiales ayant servies au suivi des réfugiés pendant la durée de leur séjour à Nantes. Classées par ordre alphabétique du nom de famille, ces fiches comportent les prénoms des membres de la famille, la résidence antérieure, l’adresse à Nantes, la profession et l’employeur éventuel.

Ces fiches ont fait l’objet d’un dépouillement exhaustif par les Archives municipales qui a permis de relever les noms de 16 242 personnes. Une base de données a été constituée comprenant les noms et prénoms et le lieu de résidence antérieure de ces personnes pour permettre l’accès aux fiches numérisées.

 

 


Dessins extraits des rapports des directrices des écoles de filles, 1914-1917 (1 R 21)
Archives de Nantes - 2017