Le marché de Talensac


 

Le marché actuel de Talensac a remplacé en 1937 les abattoirs qui avaient fonctionné à cet endroit de 1829 à 1933. Le transfert des abattoirs avait été décidé dès 1910 dans « l'intérêt de l'hygiène et de l'aménagement de la ville » mais la Première Guerre mondiale retarde ce projet et ce n'est qu’en 1933 que les activités d'abattage sont transférées à Pirmil.

Notons que pendant l'activité des abattoirs une activité de marché existait déjà. D'abord marché de la boucherie en 1873 sous Waldeck-Rousseau, il a lieu tous les vendredis et le marché pour les veaux, tous les lundis. Lorsque la rue Jeanne d'Arc est créée, le marché s'y déroule des deux côtés de la rue jusqu'à la place Saint-Similien comme en témoignent de très nombreuses cartes postales.

C'est sous Léopold Cassegrain qu’un concours est lancé en 1934 avec une définition qui reste complètement d'actualité: « L'emplacement laissé libre par les abattoirs sera aménagé en vaste esplanade comprenant à l'extrémité ouest du côté de la rue de Bel Air, une partie couverte et fermée garnie de tables et affectée à la boucherie et à la charcuterie et sur le reste de la surface, un large terre plein pour moitié couvert et pour moitié en plein air où s'installeront les marchands de légumes et de poissons et les petits producteurs.»

C'est le projet présenté par l'Entreprise Jean Le Guillou et MM.Vié père et fils et Desfontaine, architectes, qui est retenu pour un prix global et forfaitaire de 2 800 000 F et une durée de chantier de 24 mois. Le bâtiment fait 160 m de long et 16 m de large sur un sous sol de 1145 m². Il y a 208 emplacements pour les bouchers et les charcutiers. Tous les autres commerçants sont sous les auvents extérieurs. Ce n'est qu’en 1967 que les poissonniers peuvent s'installer sous la halle centrale. Depuis, une diversification a été soigneusement organisée pour que tous les produits de qualité y soient présents.
Le marché a été inauguré le 8 janvier 1937 sous la municipalité d’Auguste Pageot, maire de 1935 à 1940, dans les délais prévus malgré les grèves de1936.

A noter que dans la même période la Compagnie du gaz, rue Moquechien a été transférée à Roche-Maurice à Chantenay et que le cours de l'Erdre est comblé entre le Pont Morand et la Loire. Les déblais du sous-sol du marché ont été utilisés dans l'Erdre au quai des Tanneurs.

L'ossature en béton armé avec sa couverture parabolique très innovante permet de dégager tout l'espace central. L'étanchéité de la toiture et des auvents est faite avec un enduit bitumeux. Cela représente une prouesse pour l'époque.

Le bâtiment a failli disparaître en 1974-1975 lorsque la municipalité Morice avait fait étudier par un promoteur canadien un nouvel ensemble comprenant certes un marché mais aussi des bureaux pour rentabiliser l'opération! Devant la réticence des commerçants et des riverains qui avaient constitué un comité de défense, le projet a été abandonné.

Il était néanmoins nécessaire de remettre aux normes cet équipement .Une opération lourde de réhabilitation a été menée par tranches au début des années 2000.Le marché a toujours fonctionné grâce à des opérations tiroirs. Depuis le marché est à nouveau au cœur de la gastronomie nantaise et draine une clientèle bien au delà du quartier qui recherche la qualité, l'innovation et la convivialité des commerçants.

Il est ouvert 6 jours sur 7(fermeture le lundi) jusqu'a 13h30.Le parking récent rue Jeanne d'Arc permet d'y accéder rapidement mais il est surtout très bien desservi par les lignes de tramway 2 (station Pont Morand) et 3 (station Viarme Talensac).

 

 

Archives de Nantes - 2014