Madeleine / Champ de Mars

Un blog sur les ressources iconographiques du quartier :
http://mariepaulelouers.blogspirit.com/archive/2012/07/30/photo-n-43.html

Ancienne rédactrice du Magdeleine, Marie-Paule Louers est devenue une référence incontournable pour qui veut connaître l’histoire du quartier Madeleine-Champ de Mars. Afin de répondre aux nombreuses sollicitations, Marie-Paule a créé un blog afin de mettre en ligne les documents iconographiques collectés ou repérés depuis de nombreuses années auprès des institutions et des particuliers.

Notre historienne locale est également l’auteur de deux ouvrages sur le quartier :
> "Aimé Delrue", 2008
> "Histoire de la rue des Olivettes" avec la collaboration d’Antoine Gilbert et de Yveline Pontoiseau, 2009

En préparation : Le Champ de Mars. Sortie prévue fin 2013

 

Bellevue / Chantenay / Sainte-Anne

> Butte Sainte-Anne

Association de la Butte Sainte Anne
Au Dix
10, place des Garennes
44100 Nantes
T.02 40 69 83 84 / 06 86 92 13 21
http://www.buttesainteanne.org/


Créée en 1992 à l’initiative de nouveaux habitants de la Butte sur les bases d’une association créée par des commerçants du quartier, l’ABSA a pour objectif de mettre en valeur le quartier et ses habitants, de favoriser les liens au travers de manifestations à caractère convivial et culturel et d’activités pour tous les âges. Parmi ses activités, l’organisation de la fête du quartier « Les Buttineries » est la plus remarquable. L’association participe également au dialogue citoyen du quartier et intègre son devenir dans ses questionnements.
Un groupe « Histoire du quartier » s’est constitué et publie le fruit de ses recherches dans « L’écrit de la Butte », le journal que l’association publie depuis 1994. Une rubrique sur l’histoire des rues du quartier est également mise en ligne sur le site de l’association.
De 1994 à 1999, l’association a organisé en partenariat avec la bibliothèque de Chantenay une collecte de documents et de témoignages auprès des habitants de Chantenay et de Sainte Anne. Cette opération intitulée « Album de famille » a donné lieu à la présentation de trois expositions ainsi qu’à la publication d’un catalogue : « Sainte Anne la Bretonne, Chantenay la Rouge : 70 ans de la vie d’un quartier » (consultable à la bibliothèque de Chantenay)
En 2006, l’ancienne école des Garennes est transformée en lieu associatif. A cette occasion, l’ABSA proposait une exposition sur l’histoire du lieu suivie d’une publication « Une histoire du dix – 10, place des Garennes ». Ce travail est le fruit du savoir-faire d’Alain Duperray, membre actif de l’association et de Nantes-Histoire, disparu en 2008.

 

> Bellevue


« De fil en aiguille – Quelques histoires de la rue du Drac » - Mémoires de la rue du Drac à Bellevue
En 2005, un équipement associatif se construit sur les traces d’un ancien immeuble d’habitations de la rue du Drac. Cette rue résonne avec solidarité, engagement, mobilisation dans les mémoires « bellevusiennes… » Ce fut l’une des premières rues habitées de la ZUP de Bellevue au milieu des années 1960.
En 2007, ce nouveau bâtiment qui abrite un certain nombre d’associations présentes et actives sur le territoire de Bellevue ainsi que l’équipe de quartier, est inauguré. L’association Arlène est une de ses structures. A partir de 1986, un groupe de tricoteuses se réunit chaque semaine dans un local CAF et tricotent chez elles pour Phildar ou des particuliers. Chemin faisant, Arlène devient à partir d’avril 1992 une structure d’insertion dans un appartement de la rue du Drac. Le projet consiste à proposer des activités de tricot, couture, repassage à des femmes allocataires du RMI afin de les former pour ensuite avoir accès au marché du travail.
Arlène revient donc plusieurs années plus tard dans cette rue et pour marquer ce grand retour l’association a décidé en mars 2005 de lancer une collecte de mémoires autour de la rue du Drac en allant à la rencontre d’anciens habitants, de militants associatifs et de travailleurs sociaux.
En mars 2005, Arlène engage une démarche pour faire revivre l’histoire de la rue du DRAC dans le quartier de Bellevue. De quoi s’agit-il exactement ?
En 1966, la première Zone d’Urbanisation Prioritaire de Nantes accueille des grandes familles ouvrières. La rue du Drac est une des premières habitées et loge des familles nombreuses qui pour beaucoup viennent des baraquements du Chêne des Anglais. A ce moment, on compte plus de six cents jeunes dans la rue car les familles de 10 ou 13 enfants ne sont pas rares. Pour faire face aux fins de mois difficiles et réagir aux manques d’équipements pour les enfants, les femmes de la rue s’entraident, bientôt aidées par les travailleurs sociaux du quartier et une conseillère en économie sociale de la CAF. Cette solidarité féminine donne alors naissance à de nombreuses actions sur le quartier.
Ce sont donc toutes ces initiatives que le groupe a souhaité mettre à jour en collectant des documents et des témoignages auprès des militants, des éducateurs et des travailleurs sociaux de cette période. Les Archives municipales, l’équipe de quartier et un anthropologue urbain ont encadré la démarche dont les fruits ont été restitués au public en avril 2007 lors de l’inauguration des locaux associatifs de la rue du Drac.
Ce travail de collecte a permis de recueillir de nombreux documents d’époque (anciens journaux du groupe d’habitants, courriers…) et surtout plus de 500 photographies et diapositives représentant la vie des habitants de la rue du DRAC dans les années 70. Tous ces documents ont été numérisés et sont venus enrichir le fonds des Archives.


Hauts-Pavés / Saint-Félix

> Saint-Pasquier


En 2008, des membres de l’association des habitants du quartier Saint-Pasquier ont publié un ouvrage à l’occasion du centenaire de l’église Saint Pasquier. Outre l’histoire de l’édifice religieux, les auteurs évoquent l’urbanisation du quartier, l’ancien domaine de la famille Lelasseur, les écoles, les commerces de la rue des Hauts-Pavés.

« Saint Pasquier, Histoire d’un quartier, centenaire d’une église, 1908-2008 », Gilles Fortineau, Vincent Gautier, Alain Pitard, 2008, 176

 

> Saint-Félix


Entre 1995 et 2007, l’association « Mémoire du quartier Saint-Félix » a effectué un travail de collecte de témoignage auprès des habitants du quartier. Le fruit de cette collecte a donné lieu à la publication de cinq ouvrages :

« Saint Félix, Mémoire d'un quartier », livre 1, réédition de l'ouvrage de l'Abbé Delanoue paru en 1907, 1994, 174 p

« Saint Félix, Mémoire des habitants, 1910–1970 », livre 2, 1995

« Saint Félix, Mémoire des habitants, 1939-1945 »,livre 3, 2000, 230 p

« Saint Félix, mémoires d’un quartier : De la Morrhonnière à l’île Versailles – la vie, la parole », livre 4, 146 p, 2002

« Saint Félix, mémoires d’un quartier : Emile Tinier, prêtre, 1891-1978 », 36 p, 2003

«  Saint Félix, mémoires d’un quartier, mémoire des habitants, de Nantes à Saint Félix », livre 5, 2007

 

Saint-Donatien / Malakoff

> Malakoff


 

"Je me souviens de Georges - Mémoires du collège Georges de la Tour 1970-2010 Nantes – Malakoff "

En septembre 2010, les collégiens de Malakoff inauguraient le nouveau collège du Pré Gauchet tandis que leur ancien établissement, le collège Georges de la Tour, était livré aux bulldozers. Afin de conserver une trace de la vie de cet établissement des années 70, sorti de terre dans le sillage de la ZUP Malakoff, Michelle Papaud, documentaliste, a conduit un travail de mémoire avec une classe de 5ème pendant l’année scolaire 2009 / 2010 auquel les Archives municipales ont été associées.

Afin de sensibiliser les collégiens à l’évolution de leur quartier, aux documents d’archives, à la collecte et à la conservation de témoignages oraux et photographiques, Patrick Jean, photographe du service, Elisabeth Guillaume en charge du service éducatif et le service Histoire et mémoires des quartiers ont chacun animé des ateliers. La création d’un blog et la publication d’un livret ont permis de restituer l’ensemble de ce travail mené en partenariat avec le CDI et l’équipe de quartier Saint-Donatien / Malakoff.

 

Ile de Nantes

> Quartier des Ponts

Uni-Cité / EPHAD de la Madeleine : une action intergénérationnelle au sein de l’EHPAD de la Madeleine

En novembre 2010, l’EHPAD de la Madeleine nichée au cœur du quartier des Ponts au bord de l’ancienne boire des Récollets, accueillaient dix jeunes volontaires en service civil au sein de l’association Unis-cité. A cette occasion, Jean-Yves Guérin, directeur de la structure, a souhaité mettre en place avec le concours de l’ORPAN, des Archives municipales et de la Maison de retraite de la Cerisaie, un travail autour de l’histoire et de la mémoire du quartier en s’appuyant sur les souvenirs des résidents. De janvier à mai 2011, les volontaires ont donc recueilli des témoignages auprès des résidents des deux maisons de retraite en vue de réaliser un film et un livret.

« Au temps des ponts –petites histoires du quartier des Ponts et de Beaulieu » Unis-Cité, Ephad de la Madeleine, Archives de Nantes, 81 p, 2011

 

Breil / Barberie

> Breil - Malville

Groupe « Sans mémoire, pas d’avenir »

En 1999, à la demande de la Ville de Nantes, une étude sociologique est menée par le Cabinet Aurès-Miroir sur le quartier du Breil Malville. Le résultat des travaux donna lieu à une exposition. L’idée de prolonger les recherches sur le plan historique est alors lancée. Un groupe est constitué, en partenariat avec l’équipe de quartier et les Archives municipales. Devant la richesse des informations et des clichés découverts, il fut décidé de réaliser une brochure. Le premier numéro publié en décembre 2000 connu un succès immédiat et sa distribution gratuite permis de toucher un très grand nombre d’habitants.

De 2000 à 2005, six habitants du quartier se sont investis dans ce travail mémoriel. Pierre est la mémoire vivante du groupe. Habitant depuis longtemps le quartier, il a vécu son évolution et il a participé à sa vie. Il possède une importante collection de clichés du quartier qu’il a réalisé avant et pendant la construction de la cité. C’est lui qui effectuait de nombreuses recherches aux Archives municipales et départementales.

Michelle s’occupait des recherches à la Médiathèque et aux Archives municipales sur les noms des rues (presse locale, livres sur les noms de rues constituent ses principales sources). Elle approchait les organismes ou personnes susceptibles de lui apporter des informations fiables. Avec Marie-Thérèse, elle se chargeait également de la distribution des fascicules.

Marie-Thérèse se chargeait de rechercher des témoignages auprès des habitants du quartier. Elle assurait le lien avec les résidents. Claudette était plus spécialisée sur les recherches Internet et assurait le contact avec les habitants du quartier recueillant ainsi de précieux témoignages. Paul apportait au groupe la nécessaire réflexion dans la réalisation des articles.

Daniel pour sa part, était chargé de la mise en forme des informations recueillies ainsi que des recherches sur les anciens domaines et châteaux du quartier.

Tout ce travail a été réalisé en partenariat avec les Archives municipales au sein desquelles les membres du groupe ont été orientés vers la consultation des documents susceptibles d’apporter des informations intéressantes et sont guidés dans leur méthode de recueil de témoignages auprès des habitants. Le travail du groupe a permis la publication de cinq livrets tirés à 2 500 exemplaires et distribués gratuitement dans le quartier.

« Sans mémoire, pas d’avenir – De Chézine à Malville », 2000-2005, 51 p

 

Nantes Nord

AASCEB – groupe « Histoire des quartiers Nord de Nantes »
Centre socioculturel de la Boissière
9 bis rue Jean de la Bruyère
44300 Nantes
Francis Peslerbe – 06 71 81 37 49

Le groupe « Histoire des quartiers Nord de Nantes » fait partie de l’association d’Action Socio-Culturelle et Educative de la Boissière (A.A.S.C.E.B). En décembre 1988, lors du repas de Noël des anciens du quartier de la Boissière, Francis Peslerbe, président de l’A.A.S.C.E.B, s’adresse en ces termes aux convives : « Vous êtes la mémoire vivante d’un quartier qui a profondément changé depuis la fin des années 40. Pourquoi ne pas rassembler vos souvenirs pour que les plus jeunes puissent savoir ce que vous avez vécu, ce que vous avez construit et ainsi mieux connaître leurs racines ? »

L’année suivante, un groupe informel rassemble quelques photos. Une première exposition est réalisée en juin 1990. Le groupe « Histoire des quartiers Nord » se structure avec l’aide du centre socio-culturel de la Boissière. Douze habitants du quartier participent au groupe. Des recherches sont effectuées aux Archives municipales et départementales. Un accueil privilégié a été assurée par les Archives municipales afin d’initier certains participants à la recherche sur documents comme par exemple les registres de recensements.

En 1990 et 1991, un travail important de collecte de témoignages auprès des personnes les plus âgées du quartier a été effectué. Ces interviews ont été réalisées et rédigées avec l’aide d’étudiants en 2ème année de sociologie de l’Université de Nantes. Ces documents ont constitué une importante source d’information. Le recueil des témoignages a par la suite été poursuivi en fonction des sujets traités.

Publications
«  Histoire des quartiers Nord de Nantes – livre 1 - Implantation et vie des lieux de culte », AASCEB, novembre 1997, 144 p
« Histoire des quartiers Nord de Nantes -– livre 2 - La Jonelière, un village au bord de l'Edre : un lieu de plaisir? », AASCEB, 1999, 176 p
« Histoire des quartiers Nord de Nantes – livre 3 – A la recherche d’une campagne disparue… : la vie rurale et le petit port », AASCEB, 2002
« Histoire des quartiers Nord de Nantes – livre 4 – Entre Erdre et Cens, un quartier mosaïque des années 50 à aujourd’hui », AASCEB, 2007, 359 p

 

Nantes Erdre

> Les Batignoles

Batignolles –Retrouvailles
20, bis rue de la Carterie
44000 Nantes
Contact : Jean-Claude Baron – 02 51 82 29 92

 

Née en 2005, cette association s’est constituée dans le but de valoriser l’histoire et la mémoire de l’usine et des cités des Batignolles. Cette démarche était auparavant engagée dans le cadre du collectif Batignolles né en 2000 à la suite de la destruction du cinéma et du dispensaire du Ranzai en 1999.

« La démolition du vieux dispensaire et du cinéma des cités ouvrières des Batignolles en 1999 provoqua un véritable traumatisme dans le quartier, qui voyait les derniers restes de son patrimoine disparaître. Peu après, une grande fête rassemblait, à l’intérieur même de l’entreprise, anciens et amis, pour fêter les 80 ans de l’usine et la mémoire des cités ouvrières. Une idée germa dans l’esprit des habitants et des associations qui animent le Comité de Quartier « Halvêque-Ranzay-Beaujoire : reconstruire près des Batignolles une des petites maisons pour en faire un lieu de mémoire inclus, pourquoi pas, dans un cheminement où seraient évoquées la riche histoire du quartier, la vie ouvrière, la Résistance. » Annick Vidal

« Ma maison en planche » / 2006
C’est en septembre 2006 que l’association inaugure la maison en planches reconstruite au 30, boulevard des Batignolles. Le but est d’en faire un lieu de « lien social et de transmission de la culture ouvrière porteuse de solidarité et de tolérance ».

«  Le pain noir et les roses rouges » / 2008
Sous l’impulsion de Batignolles Retrouvailles, Marc Grangiens réalise avec ses élèves de la section des métiers de l’audiovisuel du lycée Léonard de Vinci de Montaigu, un documentaire de 42 mn sur l’histoire et la mémoire du quartier. Le DVD est disponible auprès de l’association.

L’association s’est également mobilisé en 2012 pour qu’une signalitique patrimoniale soit implantée sur le site de la nouvelle gare multimodales de la Haluchère afin de signifier la présence de l’usine des Batignolles et de rappeler son passé militant et solidaire.

 

> Saint-Joseph de Porterie

 

La commune libre de Saint-Joseph de Porterie
Maison des Associations
478, route de Saint Joseph
44300 Nantes
T.02 40 25 12 96

« La Commune Libre de Saint Joseph de Porterie » est une association, loi 1901, fondée en 1989 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. Ces activités sont l’animation et la promotion du quartier de Saint Joseph de Porterie : Organisation de fêtes (réception des nouveaux habitants, « Descente des Carottes nouvelles » en Mairie de Nantes, Fête de la Musique, etc.), expositions des œuvres des artistes du quartier.

La Commune libre participe activement à la vie citoyenne du quartier (amélioration du cadre de vie, participation au Comité Consultatif de Quartier…). Celle-ci a été à l’origine de l’Allée Barbara, rue de la Grange au Loup, et du « rond-point maraîcher » voisin des gymnases de St Joseph. L’association poursuit ses recherches sur l’histoire du quartier auprès des habitants, aux Archives municipales et départementales.

Publications :
"Quand Saint Jo était à la campagne", Louis le Bail, 1997, 148 p
"Quand Saint-Jo était à la campagne : les écoles de Saint Joseph de Porterie", Louis le Bail, 2003 ; 49 p

 


Un ouvrage de référence sur l’histoire du quartier : « Saint-Jo et les Batignolles – Histoires d’un quartier nantais »

En septembre 2012, un collectif de trois associations du quartier (Amicale laïque Porterie, Batignolles-Retrouvailles et la Commune libre de Saint-Joseph de Porterie) a édité un ouvrage écrit par l’historien du quartier Louis Le Bail, longtemps instituteur du quartier et fin observateur des évolutions de ce bout de Nantes longtemps demeuré rural puis rattrapé par l’urbanisation. Fruit de quatre années d’écriture et préfacé par l’historien Alain Croix, il relate en 320 pages richement illustrées la chronique d’un quartier « où durant des décennies deux mondes se sont ignorés ou défiés : celui des paysans de Saint-Jo, les “Blancs”, et celui des ouvriers des Batignolles, les “Rouges” ». Les mutations récentes, avec notamment l’aménagement de la Zac Erdre-Porterie, sont également abordées.

« Saint-Jo et les Batignolles – Histoires d’un quartier nantais », Louis Le Bail, 316 p, 2012. L’ouvrage est disponible dans toutes les librairies nantaises au prix de 32 euros.

Contact : louis.lebail@orange.fr

 

> Le Grand Clos


Les 60 ans du Grand Clos

Le 18 juin 1950, les habitants de la cité du Grand Clos, en présence de nombreuses personnalités, célèbrent les dix ans de l’appel du général de Gaulle en inaugurant les rues du quartier dont les dénominations sont dédiées aux batailles les plus marquantes livrées par les Forces Françaises Libres dans le Nord de l’Afrique pendant la seconde guerre mondiale.

Le 18 juin 2010, le quartier commémore, à nouveau, l’appel du 18 juin et les 60 ans du quartier en proposant une visite historique de la cité, animée par le fameux Jean-Yves Bellayer et en publiant un livret sur l’histoire de la cité. Cette publication a été réalisée par un groupe d’habitants et a pu voir le jour grâce au concours des Archives municipales.
Cette manifestation a également été l’occasion de dévoiler la plaque « Patrimoine du XXème siècle » puisque le quartier a reçu ce label du Ministère de la Culture et de la Communication en 2003.

« La cité du Grand Clos – Histoire d’un quartier », Louis Le Bail, Nado et Jean-Luc Guilbaud, Monique Lebrun, 57 p, 2010

 

 

Doulon - Bottière

> Doulon

Doulon Histoire
156, route de Sainte-Luce
44300 Nantes
noel.guillet@free.f
r

Groupe fondé en 1985 sur l’impulsion d’Alain Croix, professeur d’histoire moderne à l’Université de Rennes, l’association Doulon-Histoire est née en 1987. Depuis sa création, l’association affiche la volonté de rendre accessible la pratique de l’histoire. Les recherches du groupe portent sur l’histoire de Doulon avec un souci de rigueur méthodologique. Le fruit de ce travail est diffusé par la publication de livres.

 Publications :
« Doulon : histoire d'un village sans importance », Catalogue d’exposition, IGO, Le Poiré sur Vie, 1982, 64 p
« Du village à la ville : Doulon de la Révolution à la fin du XIXe siècle », groupe de recherches historiques de la maison de quartier de Doulon, ACL, Nantes, 1985, 253 p
« Une paroisse au quotidien. Histoire de Saint-Médard-de-Doulon des origines à nos jours », Maison de Quartier Doulon, ACL, Saint-Sébastien, 1988, 261 p
« Du pensionnat des frères de Ploërmel à l'hôpital Broussais : un lieu de Doulon : les Portes », Noël Guillet, Doulon Histoire, Nantes, 1994, 76 p.
« Doulon : de l'indépendance à l'annexion. Cent ans de vie municipale », Noël Guillet, Association Doulon-Histoire, Nantes, 2000, 199 p
«  La Colinière », Noël Guillet, Association Doulon-Histoire, Nantes, 2004,
«  Les maraîchers du pays Nantais, du jardinage au maraîchage », Association Doulon Histoire, Nantes, 2009, 405 p

 

> Pilotière-Sec

Centre socioculturel de la Pilotière
Françoise Malidain
31, rue des Platanes
T.02 40 50 32 44
www.pilotiere-pinsec.fr


En 2006, le centre socioculturel de la Pilotière a initié un travail autour de l’histoire et la mémoire des quartiers Pilotière et Pin sec qui s’articulait autour de quatre axes :
- La création d’un group mémoire et une collecte de témoignages et de documents
- La réalisation de trois films par les jeunes du centre
- Une résidence d’auteure
- La création d’un site internet

Le groupe mémoire
Pendant trois ans, le groupe Mémoire a collecté des témoignages, des archives écrites et iconographiques afin d’explorer l’histoire et la mémoire en s’appuyant sur la perception et la connaissance de plusieurs générations. L’ambition de la démarche est de favoriser la transmission de la mémoire des plus anciens vers les nouveaux habitants et les plus jeunes; et de créer (ou recréer) un lien entre le quartier de logements sociaux du Pin Sec et celui des maisons individuelles de la Pilotière.

Un atelier intitulé « Recherches aux Archives » a été organisé sur trois mois, de janvier à mars 2008. Chaque membre du groupe a alors découvert les locaux des Archives de Nantes et mené une recherche de documents sur les quartiers de la Pilotière et du Pin Sec. Cette immersion dans les magasins du centre d’archives a permis aux habitants de s’approprier les informations et de se sentir un acteur à part entière du projet. Suite à ces ateliers, un inventaire détaillé des ressources documentaires et iconographiques a été créé.

 

La réalisation de film
Les jeunes du Centre socioculturel de la Pilotière ont participé en 2005 à la réalisation d’un premier film « Regards croisés sur les quartiers Pin Sec et Pilotière ». Il aborde l’évolution des modes de vie, de loisirs et d’éducation. Lors de la présentation du film, un réel dialogue entre les jeunes et les adultes s’est instauré et a permis de relever les fausses interprétations des uns vis-à-vis des autres. En novembre 2007, le Centre socioculturel de la Pilotière a inauguré le deuxième film « Autour d’eux » retraçant l’histoire des quartiers sous l’angle de la solidarité de 1940 à 1970. Avec l’encadrement de la réalisatrice Zsofia Pésovar, ce film a été créé par les jeunes du club Ados et Juniors du CSC et l’association Makiz’art.

En mai 2008, un troisième film a été réalisé « Parmi nous ». Il a pour thématique les nouveaux habitants du Pin Sec et de la Pilotière de 1970 à aujourd’hui.

Une résidence d’auteure
En parallèle, le Centre socioculturel de la Pilotière a développé le projet de résidence d’une poète sur le quartier. Albane Gelé développe une approche poétique du « vivre » dans le quartier. Des anciens comme de nouveaux habitants ont été entendus pour une création poétique en cohérence avec la physionomie du quartier. Cette réalisation a fait l’objet d’une publication : « Histoires de vies d’hier et d’aujourd’hui des quartiers Pilotière et Pin Sec à Nantes », centre socioculturel de la Pilotière, 40 p, 2009

La création d’un site internet
Le groupe Mémoire a formulé l’envie de créer un site Internet comme outil multimédia facilement accessible par tous : enfants et adultes, habitants et anciens résidents, « surfeurs » et curieux. Les principales fonctionnalités du site sont diverses : textes, images, sons, vidéos, films, forum, trombinoscope des interviewés, actualités du moment. Encadrer par une webmaster, Zsuza Vandor, les membres du groupe ont participé à la mise en ligne du site.

     
Archives de Nantes - 2014