| Page d'accueil | Contacts | Moteur de recherche | Plan du site | Utilitaires |   
   
       Ressources en ligne > Affiches 1939-1945 > La défense passive
       
 
Organisme civil créé au début des années 1930, la Défense Passive vient au secours des populations en temps de guerre. Ses missions sont aussi variées que la construction et l’utilisation des abris collectifs ; la protection individuelle contre les gaz de combat ; la reconnaissance et le destruction des bombes non éclatées ou encore la mise en place de services sanitaires.
A Nantes, la Défense Passive est placée sous l’autorité de Paul Caillaud et possède son poste de commandement dans les sous sous-sols de la mairie. Ce sont plus de 2600 personnes (dont 1281 volontaires) qui forment les différentes équipes réparties sur l’ensemble de la commune.
Avec 442 alertes, la ville de Nantes subira au total 28 bombardements dont ceux de septembre 1943 particulièrement meurtriers. Au total, ces différents raids aériens provoqueront la disparition de 1732 victimes et 2946 blessés. Ce sont également 1240 maisons détruites et 3986 édifices inhabitables (chiffres donnés par Paul Caillaud (dans Nantes sous les bombardements Editions du Fleuve 1946). L’équipe municipale perdra 25 membres dont 3 lors d’opérations de déminage. Une plaque rappelle leur souvenir à l’entrée de leur ancien PC à la mairie, hôtel Rosmadec.