| Page d'accueil | Contacts | Moteur de recherche | Plan du site | Utilitaires |   
     Ressources en ligne > Les armoiries, l'hôtel de Ville et les maires de Nantes
Historique des armoiries de la ville de Nantes
L'histoire des armoiries de la ville de Nantes commence au XIVème siècle avec le sceau de l'ancienne prévôté, sceau qui représente le duc de Bretagne dans une frêle embarcation, brandissant une épée comme pour protéger la capitale de son duché.
Au XVème siècle, lors des funérailles de la Reine en 1514, la barque évolue en une nef d'or ; le blason de la ville devenant
" De gueules au navire d'or habillé d'hermines, voguant sur une mer de sinople, au chef d'hermines, l'écu timbré d'une couronne comtale et entouré d'une cordelière ", blason souvent accompagné de la devise :
              "
Oculi omnium in te sperant Domine "
                (les yeux de tous se tournent vers toi et espèrent Seigneur)

Deux particularités dans ces armoiries : la mer de sinople c'est à dire verte et non pas d'azur comme fréquemment en héraldique, couleur symbolisant la rivière qui se jette dans l'océan ; et la cordelière insigne de l'ordre fondé par Anne de Bretagne en l'honneur de Saint-François d'Assise patron de son père et ornement de la reine dont elle introduisit la mode à la cour de France.

Au XVIIIème siècle, la ville se transforme, ses armoiries aussi. En 1754 une couronne murale et crénelée remplace la couronne comtale, représentant les fortifications en cours de démolition.Pendant la révolution, le navire est remplacé par une statue de la liberté

L'Empire voit le presque rétablissement du blason d'ancien régime, avec cependant le rajout d'un attribut napoléonien : une couronne sommée d'un aigle

C'est enfin par lettres patentes de Louis XVIII en date du 3 février 1816 que sont rétablies les anciennes armoiries tandis qu'à l'initiative d'un préfet la devise change pour devenir
                       " Favet Neptunus Eunti "
                                    (Que Neptune favorise le voyageur).

Le 14 janvier 1945 la ville reçoit la croix de la Libération et le 11 novembre 1948 la croix de guerre rajoutées et positionnées à la base du blason.

En 1986, parallèlement aux armoiries anciennes utilisées de façon officielle, la ville choisi un logotype comme signature : sur des barres grises symbolisant la silhouette hexagonale de la France se superpose une vague bleue rappel des tradition et position fluviales et maritimes de la ville et de l'estuaire.
En 2005, un nouveau logo est mis en place.
       
Historique du bâtiment de l'Hôtel de Ville
haut de la page

La première réunion du Conseil des Bourgeois dont on trouve trace remonte à 1333. Il comprend 5 ou 6 bourgeois pour arrêter, avec le capitaine de ville, diverses mesures concernant la cité. En 1411, le duc de Bretagne Jean V donne aux Nantais pouvoir d'élire un procureur des bourgeois et, en 1420, étend les libertés communales. En 1560, le roi François II crée par lettres patentes la mairie de Nantes. Mais les Nantais n'auront une véritable mairie, avec maire (Geoffroy Drouet) et échevins, qu'en 1564.

 

Les premières maisons communes
Durant les XVème et XVIème siècles, les assemblées municipales se tiennent successivement dans plusieurs maisons de centre ville avant de se fixer sur le site actuel.

La maison des Engins
Le Conseil des Bourgeois se réunit d'abord dans un immeuble situé place du Bouffay, immeuble acheté à l'Abbesse de Fontrevault. Il n'en subsiste qu'une haute cheminée attenant au pignon d'une maison rue des Echevins. Il servait de dépôt pour le matériel de guerre de la Ville et portait de ce fait le nom de " Maison des Engins ". Il est déjà fort délabré en 1471.

L'Hôtel de la Prévôté
A l'occasion de son mariage avec Anne de Bretagne, en décembre 1491, le roi Charles VIII donne aux Nantais, pour y tenir leurs assemblées, la maison appelée Hôtel de la Prévôté, située place du Change à l'angle des rues des Halles et des Carmes. Elle est en très mauvais état, aussi est-elle reconstruite et agrandie dès 1494. Les Nantais l'utilisent jusqu'en 1678, époque où elle est intégrée au domaine de l'Etat. Il n'en reste aucune trace en 1943 lorsque les bombardements détruisent le côté nord de la rue des Halles aujourd'hui reconstruit en retrait de l'ancien alignement.

La maison Sainte-Catherine
Le local devient rapidement insuffisant et le Conseil de ville doit louer en 1532 un nouvel immeuble, la Maison Sainte-Catherine, près de la porte Saint-Nicolas. Il faut noter que certaines assemblées du Conseil se tiennent également au Couvent des Cordeliers ou des Jacobins.
Lorsque le Conseil de Ville est érigé en mairie, les édiles demandent au roi l'autorisation d'acquérir un véritable Hôtel de ville ; Charles IX la leur accorde en 1566.

L'Hôtel de Ville depuis 1574

1 fi 111
          > plan de l'Hôtel de Ville "interactif"
Les maires de nantes de 1564 à 2007
     
haut de la page
    001 – Drouët Geoffroy (1564 et 1565)
002 – Rocas Yves (1566 et 1567)
003 – André Matthieu (1568)
004 – Cornullier Pierre (1569)
005 – Morin Jean (1570)
006 – Harrouys Guillaume (1571)
007 – Le Loup Michel (1572)
008 – Grignon Jacques (1573)
009 – Boutin Jean (1575)
010 – Poulain Robert (1576)
011 – Loriot Michel (1577)
012 – Myron François (1578 et 1579)
013 – De Brenezay Antoine (1580)
014 – De Compludo Bonvaventure (1581 et 1582)
015 – Brossard Claude (1583)
016 – Gravoil Antoine (1584)
017 – De Marques Jacques (1585)
018 – Frusneau Jean (1586 et 1587)
019 – Harrouys Charles (1588 et 1589)
020 – André Pierre (1590 et 1591)
021 – Laubier Jean (1593 et 1594)
022 – Dubot Guillaume (1595 et 1596)
023 – Fourché Jean (1597 jusqu’au 1er mai 1598 – de mai         1598 jusqu’au 14 juin 1599 : Charles Harrouys)
024 – Hus Gabriel (1599 et 1600)
025 – Laurens Julien (1601 et 1602)
026 – Le Lou Yves (1603 et 1604)
027 – Cornullier Claude (1605 et 1606)
028 – Loriot Michel (1607 et 1608)
029 – Charrette René (1609 et 1610)
030 – Blanchard Jean (1611 et 1612)
031 – Charrette Louis (1613 et 1614)
032 – Bernard Pierre (1615 et 1616)
033 – Morin André (1617 et 1618)
034 – Charrette Alexandre (1619 et 1620)
035 – Raoul Jacques (1621 et 1622)
036 – De Harrouys Louis (1623 et 1624)
037 – De Harrouys Jean (1625 et 1626)
038 – Mesnardeau René (1627 et 1628)
039 – De la Tullaye René (1629 et 1630)
040 – Blanchard Guillaume (1631 et 1632)
041 – Bernard René (1633)
042 – Du Bor André (1634 et 1635)
043 – Charete René (1636)
044 – Bourgogne François (1637 et 1638)
045 – Poullin Pierre (1639, 1640 et 1641)
046 – Juchault Cristofe (1642 et 1643)
047 – De Monti Yves (1644, 1645 et 1646)
048 – De Bourgues Jacques (1647 et 1648)
049 – Boux Mathurin (1648et 1649)
050 – Charete Jean (1650 et 1651)
051 – Bidé Claude (1652 et 1653)
052 – Fournier Jean (1654 et 1655)
053 – De Pontual René (1657 et 1658)
054 – Husteau Jacques (1659 et 1660)
055 – Poullain Jean (1661 et 1662)
056 – Macé Louis (1663 et 1664)
057 – Giraud Mathurin (1665 et 1666)
058 – Lorido François (1666 et 1667)
059 – Charrette Jacques (1669 et 1670)
060 – Libault Gratien (1671 et 1672)
061 – Régnier Jean (1673 et 1674)
062 – Charrette Louis (1675)
063 – César Charles (1676, 1677 et 1678)
064 – Fremon Jacques (1679, 1680 et 1681)
065 – Mesnard Louis (1682 et 1683)
066 – Bidé Claude (1684)
067 – De l’Isle Guillaume (1685, 1686 et 1687)
068 – Caffard Paul (1688 et 1689)
069 – Noblet du Vilo Pierre (1690, 1691 et 1692)
070 – Proust Julien (22 septembre 1693 jusqu’en 1716)
071 – Boussineau André (1716)
072 – Mellier Gérard (1er juillet 1720, 1721 et 1722)
073 – Le Ray (1730 et 1731)
074 – Vedier Jean-François (1732 à 1735)
075 – Darquistade René (1735 et 1736 et de 1740 à 1747)
076 – Petit Claude (1736 et 1737)
077 – Moricaud (1738 et 1739)
078 – Durocher François-Pierre (1747)
079 – Bellabre Mathurin (1748 à 1754)
080 – Gellée de Prémion Jean-Baptiste (1754 à 1762 et          1776 à 1782)
081 – Joubert du Collet Léonard (1762 à 1766)
082 – Libault François (1766 à 1770)
083 – Vincent Roger Philippe (1770 et 1771)
084 – De la ville de Chambardet Pierre (1772 à 1776)
085 – Berrouette Jean-Jacques (1782 à 1786)
086 – Guérin de Beaumont Georges (1786)
087 – Richard de la Pervanchère Pierre (1787 et 1788)
088 – Danyel de Kervégan Christophe (1789 et 1790 et          1797)
089 – Giraud du Plessis Pierre (1791, 1792 et 1795)
090 – Baco de la Chapelle René (1792 et 1793)
091 – Renard Jean-Louis (1793 et 1794)
092 – Beaufranchet Gilbert (1795 et 1796)
093 – Douillard Julien (1797 et 1798)
094 – Saget Louis-Marie (1798 et 1799)
095 – Fellonneau François (1800)
096 – Paris Claude-Sylvain (1801 et 1802)
097 – De Loynes Augustin (1803 et 1804)
098 – Bertrand-Geslin Jean-Baptiste (1805 à 1813 et          1815)
099 – Du Fou François-Marie (1813 à 1816)
100 – Etiennez Maurice (1815 et 1830)
101 – Rousseau Louis (1816 à 1819)
102 – Lévesque Louis (1819 à 1830)
103 – Soubzmain (1830 et 1831)
104 – Favre Ferdinand (1832 à 1848 et 1852 à 1866)
105 – Colombel Évariste (1848 à 1852)
106 – Dufour Antoine (1866 à 1870)
107 – Waldeck-Rousseau René (1870, 1871 et 1873)
108 – Leloup Arsène (1871 et 1872)
109 – Jean Alphonse (1874)
110 – Lechat Julien-Charles (1874 à 1881)
111 – Brissonneau Mathurin (1881)
112 – Colombel Georges-Evariste (1881 à 1885)
113 – Normand Edouard (1885 à 1888)
114 – Guibourg de Luzinais Ernest (1888 à 1892)
115 – Riom Alfred (1892 à 1896)
116 – Etiennez Hippolyte-Etienne (1896 à 1899)
117 – Sarradin Paul-Emile (1899 à 1908)
118 – Canal (1908) – Président de la Délégation spéciale)
119 – Guist’hau Gabriel (1908 à 1910)
120 – Bellamy Paul (1910 à 1928)
121 – Veil Gaston (1928)
122 – Moitié Adolphe (1928 et 1929)
123 – Cassegrain Léopold (1929)
124 – Pageot Auguste (1935 à 1940)
125 – Prieur Edmond (1940 et 1941)
126 – Rondeau Gaëtan (1941 et 1942)
127 – Orrion Henry (1942 à 1944) Président de la          Délégation spéciale et maire (1947 à 1965)
128 – Constant Clovis (1944 et 1945)
129 – Philippot Jean (1945 à 1947)
130 – Morice André (1965 à 1977)
131 – Chénard Alain (1977 à 1983)
132 – Chauty Michel (1983 à 1989)
133 – Ayrault Jean-Marc (Depuis 1989)

 
     
Ancien bâtiment des Archives Bâtiment rue Garde Dieu Bâtiment rue de Strasbourg Hôtel Monti Hôtel Rosmadec Manoir de Derval Hôtel de Derval Hôtel de Derval Bâtiment central Jardins