Le recrutement d'un directeur

Que la vacance du poste soit prévue ou non, artistes et directeurs de théâtre postulent chaque année auprès de la mairie de Nantes. Le cahier des charges adopté en conseil municipal leur est communiqué. Enquête sur la moralité et la solvabilité du candidat, lettres de recommandation, états de service, sont autant de documents qui constituent les dossiers de candidatures des directions du théâtre. Le contrat entre la ville et le directeur choisi est généralement signé au cours du printemps précédant la saison.

Renseignements sur le candidat Paulin Roux (1838), 2 R 610

Le préfet propose au ministère de tutelle (ministère de l'Intérieur, puis du Commerce et Travaux publics sous la monarchie de Juillet, et enfin de nouveau Intérieur pendant le Second Empire) le candidat retenu par la mairie qui sera ensuite officiellement nommé par arrêté ministériel. En 1857, le ministre avertit Nantes qu'il n'est pas favorable au directeur proposé, Alcide Doligny, mais acceptera malgré tout de le nommer... la municipalité a semble-t-il reculé puisqu'elle a aussitôt mis fin à son engagement avec le directeur. Sous la Troisième République, l'arrêté ministériel de nomination sera remplacé par un décret présidentiel.

Les directeurs sont souvent des artistes encore en activité. Dans la première moitié du XIXème siècle, ce sont généralement des membres de la troupe de Nantes. Un changement s'opère à partir du Second Empire : les postulants sont principalement des artistes qui ont déjà exercé la direction de différents grands théâtres français ou étrangers (Rouen, Le Havre, Bordeaux, Bruxelles, Strasbourg, etc.). Les agences théâtrales apparaissent à cette époque, faisant le lien entre les municipalités et les artistes, qu’ils soient directeurs, artistes de troupe, musiciens ou choristes.

Lettre de candidature d'Émile Rachet (1906), 2 R 674

Suite >>