La régie théâtrale

Charles Solié en 1883, 149 PRES 1

Lors de la saison 1857-1858, Nantes expérimente pour la première en France le système de la régie pour exploiter son théâtre municipal. Faute d’avoir obtenu les modifications du cahier des charges et la subvention municipale espéréées, trois candidats se succèdent durant l’été 1857 : Auguste André, dit Vigny, François Plumkett et Alcide Doligny. Le conseil municipal décide alors de nommer Charles Solié, chef d’orchestre du Grand Théâtre depuis plusieurs années, « directeur gérant au nom et pour le compte de la ville ». Dans le cadre d’une administration en régie, c’est la municipalité qui prend les risques de l’exploitation théâtrale. Elle rémunère elle-même le directeur et la troupe. Charles Solié touche alors en plus de son appointement en tant que chef d’orchestre « deux pour cent sur les recettes de toute nature ».

Ce mode d’exploitation - contesté car c'est la ville qui doit assurer la gestion - durera jusqu’en 1861, date à laquelle la concession à un directeur, Antoine Chabrillat, sera rétablie. La régie est de nouveau brièvement utilisée au début de l’année 1906 après le départ de Sébastien Fille : le négociant Louis-Victor Blanchin est alors délégué par la ville auprès du théâtre, afin d’en assurer le contrôle financier.
Notons que le Théâtre Graslin sera administré en régie directe de 1972 à 2002.

Cahier des charges de la régie municipale, saison 1857-1858, 2 R 630

Suite >>